> L’Association > Missions et activités > Restaurer, conserver, conseiller

Restaurer, conserver, conseiller

19 septembre 2008, par Webmaster

Bien souvent le propriétaire d’un objet ne fait appel au conservateur que lorsqu’il constate une dégradation sensible de son état de conservation. Il faut alors effectuer un examen approfondi de l’objet, établir un premier diagnostic des pathologies qui l’affectent, préconiser des moyens et des techniques appropriés pour son traitement, dispenser des conseils de rédaction pour le cahier des charges nécessaire à la mise en concurrence des restaurateurs, communiquer les coordonnées d’artisans qualifiés, indiquer les aides au financement possibles, préciser les procédures administratives etc.

Qu’ils proviennent de l’Etat ou des collectivités, les crédits destinés à la restauration du patrimoine en général et aux objets mobiliers en particulier s’avèrent notoirement insuffisants face à l’ampleur des besoins recensés. L’enjeu est donc maintenant de veiller à l’entretien régulier des édifices et du mobilier qu’ils conservent pour éviter des restaurations lourdes et coûteuses, parfois incompatibles avec le respect absolu de l’intégrité des œuvres. Il s’agit d’une démarche dite de conservation préventive, consistant à identifier sur l’ensemble d’un site abritant une collection les dégradations (infestations d’insectes, moisissures…) et les risques (humidité, incendie, sûreté).

Le diagnostic posé, on peut identifier les procédures à mettre en œuvre qu’il s’agisse de l’amélioration des conditions de conservation – climat, lumière, entretien du bâtiment, sécurité et sûreté - , de l’élaboration d’un programme d’entretien des œuvres – dépoussiérage, contrôle des infestations biologiques – ou de mesures d’urgence – désinfestation, consolidations, fixations de sécurité.